Prix de littérature de l’Union européenne

Creative EuropeEuropean and International Booksellers FederationEuropean Writers' CouncilFederation of European Publishers

Auteurs primés

Giedra Radvilaviciute, Lituanie

A propos de l'auteur:

Giedra Radvilavičiūtė est née en 1960 à Panevėžys, en Lituanie. Après sa scolarité au lycée de Panevėžys, elle sort diplômée en lituanien et littérature de l’université de Vilnius en 1983. Elle a par la suite enseigné dans sa région natale, au nord de la Lituanie, puis de 1987 à 1994, a travaillé comme journaliste à Vilnius pour des revues familiales. De 1994 à 1998, elle a vécu aux Etats-Unis où son mari, Giedrius Subačius, enseignait à l’université de Chicago.

Elle vit aujourd’hui à Vilnius avec sa fille (étudiante en design à l’Académie des Arts de Vilnius) et travaille pour le gouvernement comme rédactrice de documents officiels.

Editeur:

Baltos lankos
Palangos g. 4
LT-01402 Vilnius
Lithuania
http://www.baltoslankos.lt 
Tel + 370 (0) 5 240 79 06

Contact persons:

Saulius Repečka, Editor in Chief: saulius.repecka@baltoslankos.lt
Kotryna Žukaitė, Foreign Rights: rights@baltoslankos.lt

Droits étrangers:

Droits vendus :

Livre primé:

Šiąnakt aš miegosiu prie sienos (Tonight I Shall Sleep by the Wall)

Synopsis:

Ces nouvelles, qui peuvent aussi être considérées comme des essais semi-autobiographiques, évoquent des évènements de la vie de tous les jours, des expériences et des perceptions qui paraissent le plus souvent insignifiantes. La pertinence et la clairvoyance de ces nouvelles révèlent une existence riche et une analyse profonde du sens de chaque moment du quotidien. Elles se lisent facilement, sont dépourvues de toute exaltation ou style pompeux, elles sont souvent teintée d’ironie, et parlent de la maladie, de la fragilité physique, de la solitude, de l’incapacité à entretenir des relations stables, du poids des tâches domestiques, et ainsi de suite.

« Les écrivains sont à nus dans leurs écrits, même s’ils désirent se dissimuler avec des artifices, en situant l’histoire au Moyen Age ou la Renaissance, en racontant des évènements d’autres vies ou en utilisant le sexe opposé », dit Giedra Radvilavičiūtė. Certaines de ses histoires parlent d’une femme entre deux âges, vivant avec sa fille dans un petit appartement, dans la vieille ville de Vilnius. Ces histoires nous immergent dans la vie quotidienne, et en même temps, l’exquise qualité littéraire de ces textes fait de cette lecture une expérience particulièrement enrichissante.

L’une des sections du livre, « The Allure of the Text »  (incluse dans l’anthologie Dalkey Archive Press, Best European Fiction 2010), reprend les cinq critères nécessaire à un travail littéraire de qualité que suit l’auteur dans cette histoire. Une autre nouvelle, ‘Those Whom I Would Like to Meet Again: An Introduction (Ceux que l’on veut rencontrer à nouveau : une introduction)’, est une réflexion narrative sur un ensemble de personnages très divers. 

Extrait:

Excerpt from the short story „Susipažinkite: tie, kuriuos sutikti norėčiau dar kartą“ (“Those Whom I Would Like to meet Again: An Introduction”)
from the book Šiąnakt aš gulėsiu prie sienos (Tonight I Shall Sleep by the Wall)

translated by Elizabeth Novickas

And when I returned one time from Poland, I carried a heavy bag down the platform. I don’t know why I still haven’t bought a suitcase with wheels. I have yet another fault—if someone makes me upset, or I should say, agitated, I remember what I was wearing at the time, even if twenty years may have gone by since. I was hauling the bag through the railroad station and suddenly felt the pack rising upwards. I turned around—on the platform, sleepy-eyed, stood that man for whom the world opened up in brighter pieces being with me. “You’re waiting for someone here?” I asked. “I am,” he said, looking into my eyes. I looked at him too, but I saw my beige stockings twisted around twice, my face bedraggled from two border crossings, the beret on my greasy hair, and the bandage on the heel of my right foot. And if the bag were to continue the story, the events on the platform continued thusly: “The man carried me to the car and threw me into an empty trunk. The woman lifted me out again. ‘Don’t be silly. It’s Christmas, look at how many people are waiting at the trolleybus stop, I’ll take you to Panevėžys.’ The man remained sitting on the front seat, flicking the dangling toy spider with his finger, while the woman headed for the bus station. Waiting in line for a ticket, she put me down on the muddied floor and fell on top—I expected my ribs, piled up out of books, boxes, cans, and shoes, to tear the sides. Only I knew that fifteen hours ago, on the other end of the tracks, a different man saw her off. They kissed on the platform. Apparently, she thought the fact that a different one unexpectedly met her on this end of the tracks was a sin.” I thought about how I would behave now. I probably would have traveled to hell with that person to whom the naked body, unrelated to the soul, appeared to be just one material of many—clay, asbestos, silk. Does anyone really know where the tracks begin? Where they end, or what’s waiting there?

Plus d'informations sur l'auteur avec extrait en v.o. et EN ou FR (PDF)

Autres travaux:

Suplanuotos akimirkos (Planned Moments) - 2004

ISBN 9955-584-35-1 - Vilnius: Baltos lankos

Siužetą siūlau nušauti (I Offer to Shoot the Plot) - 2002

ISBN 9955-429-66-6 - Anthology - Vilnius: Baltos lankos