Prix de littérature de l’Union européenne

Creative EuropeEuropean and International Booksellers FederationEuropean Writers' CouncilFederation of European Publishers

Auteurs primés

Kevin Barry, Irlande

A propos de l'auteur:

Kevin Barry est l'auteur des recueils de nouvelles Dark Lies The Island et There Are Little Kingdoms et du roman City Of Bohane. Il a été récompensé par différents prix littéraires, tels que  l'Authors Club Best First Novel Award, le Rooney Prize for Irish Literature, et le Sunday Times EFG Private Bank Short Story Award, et a été nominé pour le Costa First Novel Award. Ses nouvelles ont été publiées dans le New Yorker, le Granta Book of the Irish Story, et dans de nombreux autres journaux. Kevin travaille aussi sur des pièces et des scénarios. Il vit à Sligo.

Editeur:

Jonathan Cape, Random House
20 Vauxhall Bridge Road, London SW1V 2SA
Switchboard:   +44(0)20 7840 8400  - Fax: +44(0)20 7233 8791.
Website

Contact person: Editor : Alex Bowler - ABowler@randomhouse.co.uk

Agent / Directeur des droits:

Lucy Luck
lucy@lucyluck.com

Droits étrangers:

Droits vendus :

Livre primé:

City of Bohane

Synopsis:

Projetons-nous quarante ans en avant. La ville de Bohane, située sur la côte ouest de l’Irlande, et autrefois de bonne réputation, est désormais à genoux, gangrenée par le vice et divisée par les guerres tribales. On y trouve encore des quartiers chics, mais c’est dans les bidonvilles et les rues écartées de Smoketown, dans les tours de Northside Rises and dans les tourbières de Big Nothin’ que bat vraiment le cœur de la cité.

Pendant des années, la ville a été dans les mains de Logan Hartnett, le parrain chic du gang  Hartnett Fancy. Mais il y a des problèmes dans l’air. On raconte que sa Némésis est de retour en ville; ses fidèles bras droits deviennent ambitieux, et sa dame veut qu’il lâche tout et rentre dans le droit chemin. Et il y a sa mère…

City Of Bohane est un roman visionnaire qui mêle diverses influences, le cinéma, le roman graphique, les Trojan beats, les rythmes calypsos, les mythes et légendes celtes, le fado, les sagas, et le fantastique héritage de la littérature irlandaise. Un travail envoûtant d’imagination et d’innovation linguistique de haute voltige, nouveau et superbe.

Extrait:

Traducteur : Antoine Monvoisin

Tout ce qui cloche chez nous vient du fleuve. Pas à discuter : la méchante infection dans l’air de la ville vient de ce fleuve. On parle de la Bohane là. Un flot trouble, malveillant, qui arrive en rugissant des terrains vagues de Big Nothin’ et la ville en est le rejeton, elle en prend le nom : Bohane.

Lui suivait les docks et respirait cette douce infection. Il était minuit passé sur la promenade. Il y avait une régularité à son pas, marquée par le rythme lent et calme du cuir contre la pierre, et les lampadaires brûlaient dans l’incertitude d’un brouillard vert, la lumière d’un triste rêve. Le grondement du cours d’eau imitait pour Hartnett la clameur de son sang et alors qu’il passait la cour des marchands les chiens de garde ponctuaient son passage le long de la promenade de hurlements. Regardez les chiens : leur encolure ramassée, leurs yeux jaunes et livides.

Nous devinions son approche aux hurlements de ces chiens.

La polis le surveillait mais de loin, deux montés faisaient boire leurs pies à un abreuvoir de l’autre côté, à Smoketown. Tout frais revenus de la dernière scène de refroidissement.

― Mate-moi ça ? dit l’un. Ce fils de pute d’Albinos.

― Réglé comme une horloge, fit l’autre.

L’Albinos, pour certains, pour d’autres l’Élancé : il contrôlait le Hartnett Fancy.

Il bifurqua, quitta les docks et s’avança dans le Faubourg, l’infâme Faubourg de Bohane, le plus mauvais des labyrinthes, une toile de rues inconnaissables. Il avait cet air des Faubourgs sur lui, un poulain pimpant dans un Crombie bien propret, drapé en toute décontraction sur un costume de rital gris pâle, en mohair. Un dentier comme un cimetière vandalisé, chacun sa croix. C’était une paire de bottes portugaises cousues main qui claquait à chacun de ses pas, et la légère syncope, l’emphase, c’était de l’argent.

Fortune chèrement acquise… Oh les histoires qu’on ne racontait pas ici sur Logan Hartnett.

Des petits squares froids et humides s’ouvraient soudain, comme un tressaillement, et Logan les traversa. Toutes sortes d’étranges oiseaux traînaient dans les profondeurs du Faubourg au petit matin. Tous baissaient les yeux quand il passait, tous fixaient leurs pieds et leurs poches de picrate – on ne croise pas le regard de l’Elancé, pas si on a le choix. C’est curieux, mais il nous effrayait autant qu’on l’admirait. Il avait de la tenue, comme il se dit à Bohane.

Plus d'informations sur l'auteur avec extrait en v.o. et EN ou FR (PDF)

Autres travaux:

There Are Little Kingdoms 2007

ISBN-10: 0955015294 - ISBN-13: 978-0955015298 Dublin: Stinging Fly Press

Dark Lies the Island 2012

ISBN-10: 0224090585 - ISBN-13: 978-0224090582 London: Jonathan Cape