European Union Prize for Literature

Creative EuropeEuropean and International Booksellers FederationEuropean Writers' CouncilFederation of European Publishers

Auteurs primés

Isabelle Wéry, Belgique

A propos de l'auteur:

Isabelle Wéry est une actrice, metteuse en scène et auteure belge. Née à Liège, elle a fait des études d’interprétation dramatique à l’INSAS à Bruxelles jusqu’en 1991. Parallèlement à son travail de comédienne avec divers metteurs en scène, elle écrit et crée ses propres pièces de théâtre.

Nominée trois fois aux Prix de la Critique de Théâtre belge (dans la catégorie Seul en Scène), elle reçoit le prix en 2008 pour sa création La Tranche, de Jean-Daniel Magnin.

Elle fait ses débuts dans l’écriture scénique avec La Mort du cochon, qui lui vaut sa première nomination aux Prix du Théâtre. Au Théâtre de la Vie, elle a mis en scène ses deux autres textes : Mademoiselle Ari nue et Juke-Box et Almanach. Ceci est mon corps, d’après La Vie sexuelle de Catherine M de Catherine Millet, est l’une de ses dernières créations pour la scène. Elle a également écrit Le Bazar des organes pour la Compagnie SKBL, en tournée dans toute la France.

Elle est aussi l’auteure du roman Monsieur René, biographie imaginaire de l’acteur belge René Hainaux, ainsi que de Saisons culottes amis (Yvette’s Poems), publié in 2010. 2013 voit la parution de sa nouvelle Skaï  dans un recueil d’auteurs belges, Feuilleton, ainsi que de son roman Marilyn désossée.

Editeur:

David Giannoni
Bookstore: Chausée de Wavre 364, Brussels
Publishing House: 118 rue de la Station de Woluwé, 1200 Brussels
Tel:  + 32 497 33 73 25
davidgiannoni@gmail.com - davidgiannoni@skynet.be

Droits étrangers:

Droits vendus pour :

Contact de l'auteur:

https://www.facebook.com/isabelle.wery.37?directed_target_id=0

Livre primé:

Marilyn désossée (Marilyn Deboned)

Synopsis:

Marilyn Turkey écrit un roman.
Depuis son enfance, elle est fascinée par la rencontre amoureuse, habitée par les notions de duos,  de complicités, de pactes, «d'entreprises amoureuses» ou de partenariats amicaux.
Au cours de l’écriture de ce roman, elle revisite des fragments de sa vie.  Plonge dans les réminiscences de ses rencontres privilégiées.
Marylin désossée, c'est un road-movie, en trois temps.
Premier temps, enfant de 6-8 ans,  deuxième temps, jeune adulte, troisième temps, dans « l'ici et maintenant ».
L’histoire d’une exploration, d'une divagation.  Sous quelles formes diverses l'amour peut-il s’incarner ? C’est quoi ce truc de dingue qui tout à coup rassemble deux créatures pour un temps singulier et qui ne ressemble jamais au précédent ni au suivant ? La divagation de Marilyn n’a pas de limites.  Elle fouille partout là où elle a envie de fouiller : monde des humains, monde des animaux, des végétaux… 

“Je crois que j'ai écrit un road-movie traversant la vie d'une fille, Marilyn Turkey, qui aimerait bien être et homme et femme, puis animaux et quelque chose de végétation”.

Extrait:

C’est la cave, le garage et la buanderie.

Et pour le parfum, ça pue un peu partout. À cause des eaux des égouts de tous ces tuyaux boyaux qui transpercent le bide de ma maison. On dit que dans les tuyauteries, il y a des serpents qui vivent. On dit que c’est arrivé près de chez moi, qu’un serpent est venu lécher les fesses de quelqu’un assis sur le pot du WC. Tu imagines ?… Alors moi quand je suis là peinarde au fond de mon bain, je ne sais pas comment ce qui peut m’arriver. Ce qui incontournablement doit arriver. Ce qui m’ARRIVERA, puisque je ne suis PAS comme tout le monde et que quelque chose d’important VA m’arriver. Je le sens. Je le sais.

Dans la buanderie,

Il y a un congélateur, une machine à laver le linge, un orgue.

Je sais jouer de l’orgue. De toute façon, faire de la musique, c’est ultra simple : il suffit de mettre les doigts aux bons endroits et aux bons moments. Pour quelqu’un d’assez ponctuel et précis comme je, c’est donc assez facile. Et de l’orgue, j’en joue. Surtout l’Ave de Maria. Suis douée pour. C’est vrai. Quand j’en joue, même les poissons du congélateur sont troublés. Je dirais même, impressionnés. Une majesté musicale jaillit de cet orguelet noir et blanc – qui pue lui aussi, une odeur de bouche mal aérée – et éclate en pétards d’émotions trifouillant âme et corps de tout ce qui est en vie. Et l’Ave de Maria, c’est puissant hein. Il paraît que c’est un truc de la religion. Alors mon père m’a dit : « Tu vois que la religion a aussi ses bons côtés ! » Et ça m’a troublée. De vrai. Parce que moi j’étais devenue contre la religion. Et je ne VEUX PAS faire ma communion. À cause du curé. Dans l’église, il dit des histoires qui me donnent envie de pleurer, et quand je pleure, je deviens encore plus faible, et là l’curé, il peut me faire gober tout ce qu’il veut tant j’ai besoin de croire en quelque chose qui me rassure. Oh c’est une lutte interne. Et puis quand il faut toujours être gentille même avec ceux qui sont méchants avec nous… C’est dur quoi ! Ça m’emmerde, ça franchement. Je devrais donner mon stylo préféré à mon frère quand il m’énerve ?!! Mais non. Des claques oui. Au frère, au curé ! Œil pour œil dent pour dent, et je garde mon stylo, et va jouer avec tes autos ! Tête d’hydrocéphale va !

Oui. « TÊTE D’HYDROCÉPHALE ».

Si les eaux font gonfler les tuyauteries du 1er étage, l’eau fait aussi gonfler la tête de mon frère. Pauv’ tout petit, i n’a pas d’chance. C’est le médecin qui a dit à ma mère que « l’enfant a une grosse tête ». J’ai bien vu que ma mère n’a pas du tout apprécié. Moi, j’ai observé mon frère sous toutes ses coutures-jointures, j’ai rien décelé d’anormal.

Plus d'informations sur l'auteur avec extrait en v.o. et EN ou FR (PDF)

Travaux antérieurs:

Monsieur René

Labor - 2006 EAN 9782804021962

Saisons culottes amis (Yvette’s Poems)

de Vinelande - 2010

Skaï - Feuilleton

La Muette & BELA - 2013