Prix de littérature de l’Union européenne

Creative EuropeEuropean and International Booksellers FederationEuropean Writers' CouncilFederation of European Publishers

Auteurs primés

Marica Bodrožić, Allemagne

A propos de l'auteur:

Marica Bodrožić est née en 1973 à Svib, en Croatie, en ex-Yougoslavie. Partie vivre en Allemagne à l’âge de 10 ans, elle y a appris l’allemand, qu’elle considère comme sa “deuxième langue maternelle”. C’est également devenu la langue dans laquelle elle crée des œuvres littéraires.

Bodrožić écrit des essais, des romans, des poèmes et des nouvelles, est traductrice littéraire, enseigne l’écriture créative dans des écoles secondaires et supérieures, et a réalisé un documentaire. Son roman, Le Merisier et les Sentiments anciens, a été favorablement accueilli par les critiques et les lecteurs, qui l’ont qualifié “d’œuvre poétique explorant les moindres recoins de la mémoire et du souvenir.”

Borodžić, qui vit à Berlin, a obtenu de nombreux prix, dont le prix Hermann Lenz en 2001, le prix de l’Initiative en 2008, le prix spécial pour les artistes émergents, décerné par la bourse Bruno Heck en 2009, le prix de littérature du Liechtenstein (Section poésie) en 2011, et le prix LiteraTour Nord en 2013.

Editeur:

Verlagsgruppe Random House GmbH
Luchterhand Literaturverlag
Neumarkter Straße 28
81673 München - Germany
www.luchterhand-literaturverlag.de
www.randomhouse.de

Agent / Directeur des droits:

Gesche Wendebourg
Gesche.Wendebourg@Randomhouse.de
http://www.randomhouse.de
tél: +49 (0) 89-41 36-33 13

Droits étrangers:

Droits vendus à :

Livre primé:

Kirschholz und alte Gefühle (A Cherrywood Table)

Synopsis:

Arjeta Filipo est une jeune femme que la guerre en ex-Yougoslavie a dépossédée de son pays d’origine. Lors d’un déménagement, elle tombe sur quelques vieilles photos, et comprend subitement de nombreux épisodes de sa vie qui lui avaient longtemps paru obscurs. Arjeta s’intéresse à nouveau aux ruptures de sa conscience et de sa vie, ainsi qu'à celles du monde.

Arjeta peut se séparer de beaucoup de choses, mais pas de la table de sa grand-mère. Dans son nouvel appartement berlinois, assise à cette table dont elle a hérité, elle y étale les photos trouvées lors du déménagement. Les souvenirs commencent à faire surface, comme si la table en merisier révélait toutes les histoires dont elle aurait été témoin au fil des ans.

Il y a la ville assiégée, Istria, la mer de son enfance et de son adolescence, et sa fuite au début des années 90, qui a tout changé. Mais il est surtout question de son séjour à Paris, où elle a étudié la philosophie et débuté une nouvelle vie dans une nouvelle langue, avec Arik, un peintre dont elle s’est éprise malgré elle. L'ornithologue Misha Weisband est devenu son confident, tandis que Nadezhda, physicienne, est son amie la plus proche. Un secret unit les deux femmes, mais il les sépare aussi. Un secret qu’Arik est seul à connaître et qu’il garde depuis de nombreuses années. Elles ne parviendront à découvrir la vérité qu’après avoir toutes deux affronté les angles morts de leurs vies intérieures.

Extrait:

Translated by Gerald Chapple

I unpacked nearly all the moving boxes today. There hasn’t been much talk yet in the emptiness of my new apartment. The memory-filled air from my tiniest room—I imagine it to be like a wee bird—suffuses all the other rooms. Sometimes my rooms seem to expand. Time and again I’ve turned my thoughts to the sea ever since moving here. The longer I’m able to remain silent, the more resolutely my ears travel to the sea, back to the villages by the sea, to the houses by the sea, to the people by the sea. I can bring the sea to mind without any effort. It’s a mystery tour off into the blue. The interior of the water. Ears; rustling. No crackling. In my bones. I see sailboats before me, small fishing boats. Nets filled with the night’s catch. Images that take my mind so utterly by surprise that the pressure in my forehead has let up almost entirely. The old pounding and hammering and pressing—it’s all just a memory now. Soon to be a mere intimation, and it will be a strain to look backward if I try to comprehend what it was like back then, my life.

My ears hear the sea. They hear it for me, and I’m becoming that sound-space through my ear, becoming the sea’s steady, repetitious moiling. In the depths of silence they come onshore, the waves. I sense the long-ago sand between my toes. I listen to myself and hear—after the sea’s toiling—my own breath in the synchronized sea, in the indefatigable labor of the waves and the following silence, in my ears. In the silence of the sea I have no name. I exist. Never before have I heard how lungs can draw breath so loudly before life does. And I ask myself—now that all places are one place in me, all times one time in me—whether I can manage to keep moving ahead at time’s urging, here and now, on into the future, following time’s tempo without falling prey to it. Or whether I should teach my lungs something new, to turn the murmuring of time into my murmuring, into words entirely my own that time does not know, cannot know, because I am charged with giving words to time, handing words over the edge, through the latticework that embody our contacts. Rubbing against the air. Trembling. At the mere thought of the vastness of the space now displaced inward, uncharted space. Nothing to lead me through the dark. And yet that’s exactly where an exactness lies, tied precisely to my beam of light. I know it. I’m way beyond intuitions or inklings.

Plus d'informations sur l'auteur avec extrait en v.o. et EN ou FR (PDF)

Autres travaux:

Der Spieler der inneren Stunde (The Gambler of an Inner Hour)

Frankfurt am Main: Suhrkamp, 2005

Sterne erben, Sterne färben. Meine Ankunft in Wörtern (Inheriting Stars, Coloring Stars: My Arrival in Words)

Frankfurt am Main: Suhrkamp, 2007

Das Gedächtnis der Libellen (The Memory of Dragonflies)

Luchterhand Literaturverlag, München 2010