Prix de littérature de l’Union européenne

Creative EuropeEuropean and International Booksellers FederationEuropean Writers' CouncilFederation of European Publishers

Auteurs primés

Carolina Schutti, Autriche

A propos de l'auteur:

Carolina Schutti est née en 1976 à Innsbruck, où elle habite actuellement. Elle a étudié la philologie germanique, poursuivi des études anglaises et américaines, et étudié la guitare et le chant classique. Après plusieurs années dans l'enseignement et un doctorat sur Elias Canetti, elle a enseigné à l'Université de Florence, et a obtenu un poste d'assistante de recherche à la maison de la littérature à Inn. De 2009 à 2013, elle a été membre du conseil du forum Brenner à Innsbruck, et membre du conseil fiduciaire du Brenner-Archiv.

Ses publications comprennent des essais sur des études littéraires, des critiques littéraires et d'autres textes dans des revues littéraires. Elle coordonne et modère des événements littéraires et des projets interdisciplinaires, elle travaille en tant que juré, elle donne des conférences sur la poésie et elle organise des séminaires de formation dans le domaine de la nouvelle littérature.

Schutti a reçu plusieurs prix pour son œuvre littéraire.

Editeur:

Ernest-Thun-Straße 11
5020 Salzburg - Austria
Tel: +43-662-881974
www.omvs.at
Contact: Otto Müller Verlag
Magda Fuchs - info@omvs.at

Droits étrangers:

Contact de l'auteur:

http://www.carolinaschutti.org

Livre primé:

Einmal muss ich über weiches Gras gelaufen sein (Once I must have trodden soft grass), 2012

Synopsis:

Le roman de Carolina Schutti est dédié aux grands-mères, comme on le découvre dès le début de ce mince volume qui nous emmène dans le monde de la narratrice – un monde triste et archaïque, sans aucune place pour l'amour, la joie ou l'innocence insouciante.

Après la mort de sa mère, Maja est recueillie par sa tante qui la nourrit, l’héberge, mais qui la laisse dans l'ignorance de son passé. Elles vivent pauvrement dans un village sans nom, dans une région reculée. Toute tentative de Maja pour se rappeler de son passé ne mène nulle part.
Marek, un vieil homme parlant une langue étrange et mystérieuse et vivant seul dans une maison isolée, est la seule personne qui peut permettre à Maja de se sentir chez elle et acceptée.

Dans un style clair et poétique, Schutti décrit la situation des personnes déplacées et elle le fait d'une manière totalement apolitique et clairvoyante. La recherche d'identité, comme suggérée dans le titre Einmal muss ich über weiches Gras gelaufen sein, détermine la vie de la narratrice dans le reste de l'histoire. Et même si l’on apprend finalement qu'elle est du Bélarus, et en dépit du rapport du livre au passé puisqu’il est dédié aux grands-mères, le thème de ce roman contient une dimension très contemporaine, qui pourrait s’appliquer à d'innombrables régions du monde.

Autres travaux:

Die Bibel in Elias Canettis Blendung: Eine Studie zur Intertextualität mit einem Verzeichnis der Bibelstellen

Innsbruck: Germanistische Reihe, 2006

Wer getragen wird, braucht keine Schuhe

Salzburg: Otto Müller, 2010

Eulen fliegen lautlos

Innsbruck: Edition Laurin, 2015