Pick Language

Nathalie Skowronek

 (BE) Nathalie Skowronek (C) Gallimard - C. Hélie

Nathalie Skowronek est née à Bruxelles en 1973. Après des études littéraires, elle travaille dans l'édition avant de se lancer dans la mode féminine pour 7 ans. Elle renoue avec la littérature en 2004 en créant la collection éditoriale La Plume et le Pinceau pour la maison d'éditions Complexe. À 37 ans, elle publie son premier roman, Karen et moi (Arléa, 2011), premier volume d'une trilogie familiale faisant voyager le lecteur depuis les quartiers juifs polonais jusqu'à Auschwitz. La saga se poursuit avec deux autres romans : Max, en apparence (Arléa, 2013) et Un monde sur mesure (Grasset, 2017). En 2015, elle publie un essai intitulé La Shoah de Monsieur Durand (Gallimard, 2015), dans lequel elle fait état de la prescription, après 70 ans, du devoir de mémoire. Dès 2016, elle dirige l'atelier des Écritures contemporaines organisé à l’École Nationale Supérieure des Arts Visuels de La Cambre et anime un atelier d’écriture au Club Antonin Artaud, un centre de jour pour adultes souffrant de difficultés psychologiques.

  • EUPL Year: 
    2020
  • EUPL Country: 

Winning Book

La carte des regrets

Suicide, meurtre, accident ? Les circonstances de la mort de Véronique Verbruggen sur un sentier des Cévennes n'auraient pas fait couler autant d'encre dans les médias si la victime n'avait pas été une éditrice reconnue. Deux hommes s’interrogent et partagent le même chagrin : son mari Daniel Meyer, ophtalmologue, et son amant Titus Séguier, un cinéaste qui attendait depuis toujours que Véronique quitte son mari. Pour Daniel, qui voue à sa femme un amour inconditionnel, rien n'aurait jamais pu briser leurs 20 années de mariage. Quant à Titus, languissant d’amour, il hésite entre la discrétion ou la révélation de son amour pour Véronique en achevant le projet qu'ils avaient entrepris conjointement avant sa disparition. Derrière le verni des apparences se dissimule le portrait bouleversant d’une femme qui ne pouvait jamais choisir. Nathalie Skowronek explore avec une grande subtilité les différentes facettes de l'amour et les luttes caractéristiques d'un cœur humain identique à lui-même à toute époque.

(BE) La carte des regrets

Publishing House

Address: 

61 rue des Saints-Pères, Paris, France

Email Address: 
Organisation: 
Grasset

Agent / Rights Director

Email Address: 
Representative: 
Heidi Warneke (Grasset)

Translation Deals

  • Albanie : Albas
  • Bulgarie : Colibri
  • Macédoine : Tri
  • Serbie : Areté

Excerpt

La carte des regrets - Nathalie Skowronek - Language: French

Suivant l’opinion ordinaire, veronica est formé de vera et de eikon : vraie image.

Dictionnaire Littré

À la fin de l’article on ne savait pas à quoi s’en tenir. Il était beaucoup question d’amour. Véronique Verbruggen était pleurée mais on ne comprenait pas. Qui aimait qui, qui était aimé de qui. L’article évoquait une invitation à rendre hommage à la disparue. Que ceux qui ont connu et aimé Véronique Verbruggen soient les bienvenus. Or, à ses propos, tout laissait à penser que Titus Séguier ne quitterait pas sa maison de Finiels, un petit village du mont Lozère, pour honorer sa mémoire. Il s’était pourtant juré de ne jamais décevoir cette femme, avait‑il glissé au journaliste avant d’interrompre leur conversation.

De cette femme, directrice d’une petite maison d’édition, on savait un peu plus. Sa complice de longue date, la céramiste italienne Francesca Orsini, parlait d’une personnalité secrète dont le professionnalisme, la capacité d’écoute et l’engagement avaient permis de faire des éditions du Pont une maison au catalogue exigeant, défendant des artistes injustement oubliés. Véronique Verbruggen s’était spécialisée dans les monographies de petits maîtres de la peinture, dont le drame était d’avoir croisé les grands noms de la discipline, éternellement condamnés à jouer les figurants dans les cours d’histoire de l’art. Si leurs toiles ressortent de temps en temps de l’oubli, c’est pour illustrer un événement ancien dans un magazine – on sollicitait souvent Véronique pour cette raison – mais sans qu’on les crédite d’une quelconque valeur artistique. Les proches de Véronique, un groupe restreint qui aimait gravir les cinq étages du vieil immeuble parisien de la rue Cassette, le siège de la maison, témoignaient de la ferveur de cette directrice de quarante-trois ans, longue liane qui peinait à dérouler son mètre quatre-vingt-deux, les épaules maladroitement repliées. Il fallait la voir batailler pour défendre les livres auxquels elle croyait. Par une indiscrétion, on apprenait aussi que les fragiles éditions avaient plusieurs fois failli sombrer et qu’elles s’étaient chaque fois miraculeusement relevées.

L’article ne proposait qu’une illustration de mauvaise qualité, on y découvrait le sigle « VV » des couvertures de la maison, sobre, élégant, qui, ici, n’apportait aucune information utile. Pour se figurer Véronique, il suffisait d’introduire son nom sur n’importe quel moteur de recherche. Sous l’onglet « images » apparaissait un visage anguleux aux pommettes hautes, les yeux verts en forme d’amandes, les cheveux châtains coupés court. Aucun de ces portraits ne rendait justice à la beauté de l’éditrice, « une beauté lunaire » avait un jour lâché Francesca, ce qui ne voulait pas dire grand-chose, si ce n’est que Véronique dégageait une lumière singulière, un peu glacée, qui n’était pas sans évoquer les peintres flamands auxquels elle s’intéressait.

Que savons-nous de l’existence de ceux qui nous entourent ? Que nous montrent-ils d’eux-mêmes ? Que dissimulent‑ils ? Mina, sa fille de vingt et un ans, qui sortait doucement de l’adolescence et venait de s’inscrire au conservatoire de musique en classe de piano, s’était exprimée avec prudence, dans un style probablement remanié par le journaliste : « Ma mère avait une façon bien à elle de travailler, d’aimer, de respecter les règles et de les transgresser. Je veux rester fidèle à ce qu’elle était. » Mais que savait Mina de sa mère ?

Le corps sans vie de Véronique est découvert un après-midi de mai par un randonneur occasionnel. L’homme est parti d’un hôtel-restaurant de Villefort où, simple coïncidence, Véronique a l’habitude de déjeuner. Il est en train de franchir le col de Rabusat sur le GR70, appelé aussi « chemin de Stevenson », lorsqu’il s’arrête pour une première pause. Un panneau vient de lui préciser qu’il se trouve à 1 099 mètres, l’information le réjouit, si bien que l’homme photographie la plaque avec son téléphone portable. L’absence de réseau l’empêche d’envoyer l’image à sa compagne. L’homme respire profondément et regarde autour de lui.

Plus le randonneur grimpe, plus il a la sensation de faire corps avec le paysage. La ligne de crête est merveilleuse. À part de rares clarines, on n’entend plus les bruits de la civilisation. Le randonneur est bercé par le chant des oiseaux. Il se plaît à écouter le bruissement des feuilles, tente de les différencier d’un arbre à l’autre, suit des yeux les couples de papillons multicolores qui s’affolent à son arrivée, le vol d’un petit rapace. Ses oreilles bourdonnent. L’altitude ? il n’est pas impossible que ce soit un sentiment de plénitude. Au loin il voit des herbes hautes qui plient sous le vent, des chaos de pierres qu’il confond avec des troupeaux de moutons, des sommets brumeux et bleutés. Il ne se doute pas un instant que d’ici quelques heures il acceptera de livrer le récit de cette journée à un stagiaire du Midi Libre. Dans ce temps suspendu, il pense que cela fait des années qu’il ne s’est pas senti aussi léger.

Son rythme de marche est soutenu, les branchages craquent sous ses pas lorsqu’il décide de dévier de sa trajectoire pour ramener un bouquet d’arnicas. Des ailes lui poussent, le randonneur veille à bien poser les pieds sur le sol de plus en plus escarpé, il cherche ses appuis, se retient parfois à un buisson, à une touffe de genêts, s’amuse de l’effort. Mais soudain l’homme s’arrête. Il voudrait n’être jamais venu ici, son corps se glace, il étouffe un cri. Il ne se tourne plus vers le ciel mais redescend vers la vallée. Il cherche une route, une vraie, avec des voitures et du bitume. Le jour devient affreux et triste. Affreux pour le randonneur, affreux pour ceux qui ont connu et aimé Véronique Verbruggen.

Translated Excerpt

A map of regrets - Nathalie Skowronek - Translation by Jeffrey Zuckerman

The name Veronica is supposed to have arisen by mistake and ignorance, being probably derived from vera icon… true image.

The Imperial Dictionary

The article raised far more questions than it answered. It was, by all accounts, a matter of love. Véronique Verbruggen was being mourned, and yet the details of who loved who, of who was loved by who, didn’t add up. The article mentioned a memorial for the dearly departed. Those who had known and loved Véronique Verbruggen were apparently welcome, and yet Titus Séguier seemed disinclined to leave his home in Finiels, a hamlet on the slopes of Mont Lozère, to pay his respects. Come hell or high water, he swore to the reporter before cutting the conversation short, he would never let this woman down.

This woman, the director of a small publishing house, was a matter of far less ambiguity. Her longtime confidante, the Italian ceramicist Francesca Orsini, alluded to her reserved personality, to the professionalism, receptiveness, and attentiveness that had been essential to the Éditions du Pont, a publishing house with an exacting list that elevated unfairly forgotten artists. Véronique Verbruggen specialised in monographs on minor masters of painting whose fate had been to cross paths with the medium’s shining lights, and as a result to remain bit players on the grand stage of art history. The few times that their canvases did reemerge from obscurity, it was to add historical color in a magazine — people often reached out to Véronique for that reason — but without any presumption of actual artistic value. Véronique’s close acquaintances, a close-knit group that often made its way up to her top-floor office in an old building on Paris’s rue Cassette, bore witness to this forty-three-year-old director’s devotion; it was a struggle for her to stand up and straighten out the hunched-over curves of her willowy, nearly six-foot frame. It was really something to see her take to the bully pulpit for the books she most cared about. Only the occasional rumor hinted at just how precarious her business was, just how many times it had nearly gone under, just how miraculously she had kept it on steady footing.

The article only had one rather poor photo. Barely visible was the sober and elegant VV that emblematized the publishing house but conveyed no useful information here. Picturing Véronique was simply a matter of entering her name into any search engine. Under the “images” tab was an angular face with high cheekbones, green and almond-shaped eyes, close-cropped chestnut hair. None of these portraits did justice to the publisher’s beauty, “a lunar beauty,” as Francesca had once put it, an adjective that was almost meaningless, unless it was how Véronique exuded a singular, almost icy radiance not unlike those Flemish painters in which she took such interest.

What can we know of the lives of those around us? What can they show us of themselves, and what can they hide? Mina, her twenty-one-year-old daughter, who had slipped deftly from adolescence into a prestigious piano program at a music conservatory, had chosen her words carefully, her lines likely rewritten by the reporter: “My mother had a particular way of working, loving, playing by the rules, breaking them. My hope is to uphold as faithfully as I can the example she set.” But what could Mina know of her mother?

Véronique’s lifeless body was found by a day hiker one May afternoon. The man had set out from a hotel in Villefort with a restaurant where Véronique, by sheer coincidence, often took her lunch. He was about to cross the Rabusat pass across the GR70, which was also called the Stevenson Path, when he stopped to catch his breath. A signpost showed that he was now 1099 meters up; the news so delighted him that he took a picture of the plaque with his cell phone. Because there was no network, the image hadn’t gone through to his partner. The man’s breath was halting as he looked all around.

The farther the hiker went, the more he felt like he was becoming one with the landscape. The profile the peak cut was a beautiful one. Apart from the tinkling of cowbells, there was no sound of civilisation to be heard. The birds’ song lulled him. He reveled in listening to the leaves’ rustle, in telling apart the various trees, in tracking the pair of iridescent butterflies that his arrival had sent fluttering, in watching a small bird of prey take wing. His ears buzzed. Was it the altitude? It was entirely possible this could have just been a sensation of fullness. In the distance he could make out tall grasses bending under the wind, heaps of rocks that looked rather like flocks of sheep, hazy and bluish summits. Not for a minute did he suspect that in just a few hours he would be recounting this entire day to a cub reporter at Le Midi Libre. In this liminal moment, he thought about how it had been years since he had felt so free, so light.

His pace was steady, branches snapped under his feet when he decided to go off-trail to gather some arnicas. Propelled by a renewed burst of energy, the hiker had to remember to look where he was putting his feet on the increasingly steep terrain. He kept checking his bearings, steadying himself here and there by a bush, a copse of broom. This exertion delighted him. And then the man stopped dead in his tracks. He stifled a shriek, an icy shiver ran down his body. He suddenly wished he’d never ventured out in the first place. His sights were now set not skyward but down toward the valley. He was looking for a road, an actual one, with asphalt and cars. The day had turned ghastly and sad. Ghastly for the hiker, ghastly for those who had known and loved Véronique Verbruggen.

Contact Details

Regardez le message vidéo de Nathalie